La nouvelle réforme des stages

La réglementation des stages en entreprise connaît plusieurs changements.
Avec maintenant environ un million et demi de stagiaires chaque année, les pouvoirs publics ont été amenés à réglementer plus précisément les stages en entreprise. Dernier exemple en date : la loi du 10 juillet¬ 2014 qui prévoit plusieurs nouveautés. Présentation des principales d’entre elles.
Quota de stagiaires
Mesure emblématique de la nouvelle loi, le nombre de stagiaires sera désormais limité en fonction de la taille de l’entreprise, un décret à paraître devant fixer ce quota de stagiaires sur une base hebdomadaire. Et attention, en cas de dépassement du quota, l’entreprise pourra être condamnée à payer une amende administrative pouvant atteindre 2 000 € par stagiaire concerné, somme portée à 4 000 € en cas de récidive.
Hausse de la gratification
Actuellement, un étudiant dont la durée de stage dépasse 2 mois doit recevoir une gratification minimale. Hormis les cas où celle-ci est prévue par un accord collectif de travail étendu, cette gratification s’établit à 12,5 % du plafond horaire de la Sécurité sociale, soit 436,05 € par mois en 2014. Cette somme sera portée à 15 % du plafond horaire de la Sécurité sociale en septembre 2015 (ce qui correspond à 523,26 € par mois sur la base du plafond 2014). Le ministre du Travail a toutefois indiqué qu’une première augmentation de 43,50 € pourrait avoir lieu pour les stages conclus dès septembre 2014.
Registre du personnel
Les employeurs ont désormais l’obligation d’inscrire les stagiaires dans le registre unique du personnel. Une inscription qui doit être réalisée dans une rubrique spécifique afin d’éviter toute confusion avec les salariés.
Conditions de travail
L’intégration des stagiaires dans l’entreprise est renforcée. Ainsi, ils doivent avoir accès au restaurant d’entreprise et bénéficier de titres-restaurant ou de la prise en charge de leurs frais de transport dans les mêmes conditions que les salariés.
Par ailleurs, leur temps de présence dans l’entreprise doit notamment respecter les durées maximales de travail, ainsi que les durées minimales de repos.
Loi n° 2014-788 du 10 juillet 2014, JO du 11

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s